Home A la une Dialogue politique : Macky se met à dos l’opposition avec la suppression...

Dialogue politique : Macky se met à dos l’opposition avec la suppression du poste de Pm

31
0
Partager

Malgré les sorties au vitriol de l’opposition qui a toujours rejeté l’appel du chef de l’Etat, Macky Sall semble faire fi de tout. En supprimant le poste de Premier ministre, le chef de l’Etat se met davantage à dos l’opposition.

Véritable chemin de croix …

C’est un véritable chemin de croix : Le dialogue politique tant chanté par le pouvoir. Car, l’on n’a pas besoin d’aller loin pour montrer qu’entre le chef de l’Etat et son opposition, le torchon sur cette question brule de mille feux.

Récemment, les candidats malheureux à l’élection présidentielle du 24 février ont rejeté les résultats et annoncent qu’ils ne feront aucun recours. Ils ont dénoncé «un résultat qui reflète parfaitement la commande du candidat sortant».

«Nous rejetons ferment et sans aucune réserve ce résultat. Nous ne ferons aucun recours devant le Conseil constitutionnel», ont-ils déclaré dans un communiqué conjoint lu par le candidat Idrissa Seck.

Et de poursuivre : «force est de constater que le candidat sortant a confisqué la volonté du peuple souverain et sera seul à assumer les conséquences face au peuple et face à l’histoire».

…La goutte d’eau qui a fait déborder le vase

Au moment où le contentieux de la dernière présidentielle fait débat, Macky Sall en fait une autre couche. Et pas des moindres, la suppression du poste de Premier ministre.

Cela ne va pas du tout faciliter le dialogue avec l’opposition voulu par le chef de l’Etat.

En ce sens que les députés de l’opposition ont décidé de ne pas se laisser faire. Ils comptent s’opposer à ce changement voulu par le président Macky Sall. Député de Bokk Guis Guis, Abdou Bara Dolly, est monté est créneau et avertit le chef de l’Etat.

«C’es un recul démocratique. Je ne vois pas l’utilité pour le président de la République de renforcer ses pouvoirs dans le contexte actuel. Avant que le projet n’arrive à l’Assemblée nationale, il faut que le règlement intérieur soit modifié, sinon la loi ne pourra pas passer» a-t-il prévenu.

Il est d’avis «le règlement intérieur de l’Assemblée nationale donne aux députés le pouvoir de convoquer le Premier ministre, après sa nomination, pour une déclaration de politique générale. S’il n’y a pas de Premier ministre, qui va s’adresser aux dépités » ?

Donner une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here