Home A la une Manifestation étudiant – Mort de Fallou Sène : Lisez la lettre ouverte...

Manifestation étudiant – Mort de Fallou Sène : Lisez la lettre ouverte d’un étudiant de l’UGB demeurant au Parcelles Assainies

400
0
Partager

Serigne FALL Saint-Louis, le 15 mai 2018
Etudiant en Licence 3 à la section de Français
De l’Université Gaston Berger de Saint-Louis

Objet : Lettre ouverte adressée à son Excellence Monsieur le Président de la République

Après le départ de Me Wade du pouvoir, le peuple sénégalais vous a choisi avec plus de 60% des votes et présenté comme le Messie envoyé du ciel. Dès votre avènement au pouvoir, l’espoir était revenu chez l’étudiant sénégalais. Mais malheureusement, ce n’est qu’une courte durée puisque les mêmes problèmes que vous fustigez sous le règne de votre prédécesseur demeurent et persistent encore sans aucun remède possible. Aujourd’hui, l’Université Gaston Berger vantée comme « l’université d’excellence », a vécu la pire tragédie de son histoire avec la mort d’un espoir du peuple, espoir d’une famille, le pauvre et désormais regretté Fallou SENE que vos forces du désordre ont encore ôté la vie. Son seul crime est de réclamer cette dérisoire bourse. L’étudiant sénégalais, plus particulièrement sanarois, exige le respect de ses droits.
Pourquoi l’étudiant sénégalais exige le respect de ses droits ? Pour percevoir sa maigre bourse, l’étudiant est confronté à un véritable parcours de combattant avec les rangs à perte de vue dans les guichets Ecobank ou encore dans les services de transfert d’argent.
Pourquoi l’étudiant sénégalais exige le respect de ses droits ? Après la mort de notre camarade Bassirou Faye, encore un martyr sous votre régime, vous nous aviez promis de payer les bourses le 5 de chaque mois. Malheureusement, cette promesse ne tient toujours pas comme tant d’autres de vous.
Pourquoi l’étudiant sénégalais exige le respect de ses droits ? Aujourd’hui, les franchises universitaires ne sont plus respectées. L’étudiant sénégalais cohabite de jour comme de nuit avec vos forces du désordre dans les campus universitaires.
Monsieur le Président de la République, Chef suprêmes des armées, Gardien de la constitution, l’université sénégalaise exige avec rigueur la lumière sur cette affaire tragique, que les responsabilités soient situées le plus rapidement possible et que les coupables payent le sang qu’ils ont versé sans pitié.

Donner une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here