Home Religion Retour sur le « Hajj » : Un Viatique pour le pelerin

Retour sur le « Hajj » : Un Viatique pour le pelerin

86
0
Partager

Le « Hajj » ou Pèlerinage à la Mecque est un des piliers de l’Islam. Il est une obligation individuelle pour tout musulman ayant atteint l’âge de la puberté et disposant des moyens physiques et financiers, à une époque déterminée de l’année.

Malgré sa complexité apparente, le « Hajj » peut se résumer en un certain nombre de pratiques rituelles qui s’analysent en actes fondamentaux ou « piliers » et en actes obligatoires ou « obligations ». Il comporte également des actes interdits ou « interdictions ».

Le « Hajj » peut être accompli selon trois (3) modalités laissées au choix du pèlerin :
– l’ « Ifrad » = le « Hajj » seulement ;
– le « Tamattou » = la « Oumra » avant le « Hajj » ;
– le « Khirane » = le « Hajj » et la « Oumra » combinés.
Si le pèlerin choisit l’une des deux dernières modalités – c’est-à-dire le Tamattou ou le Khirane -, il est tenu de procéder à un sacrifice en immolant un mouton. S’il n’a pas les moyens, il doit observer un jeûne de dix jours (3 durant le Hadj et 7 à son retour).
Les piliers du « Hajj » sont au nombre de quatre (4) :
1. la sacralisation ou « Ihram » (qui implique l’intention) ;
2. la station à Arafate ;
3. la procession autour de la « Kaaba » le jour de la fête ou « Tawafoul Ifada » ;
4. le parcours entre les monts « Safa » et « Marwa ».
Le pèlerin qui délaisse un pilier, son pèlerinage n’est pas valable.

Les obligations du « Hajj » sont au nombre de sept (7):
1. la mise en état de sacralisation au « mikhate » ;
2. le séjour à Arafate jusqu’au coucher du soleil ;
3. le passage à Mouzdalifa ;
4. le séjour à Mina durant 2 à 3 jours ;
5. le jet des cailloux aux trois (3) « Jamarates » ;
6. le rasage ou la coupe des cheveux ;
7. la procession d’adieu (Tawafoul Wadah).
Le pèlerin qui délaisse une obligation, doit se racheter en égorgeant un mouton qu’il distribuera aux pauvres de la Mecque. S’il n’a pas les moyens, il observe un jeûne de dix jours.

Les interdictions en état de sacralisation sont au nombre de dix (10) :
1. se raser ou se couper les cheveux ;
2. se tailler les ongles ;
3. se parfumer ;
4. se couvrir la tête (pour les hommes) ;
5. porter des vêtements cousus (pour les hommes) ;
6. se voiler le visage ou porter des gants (pour les femmes) ;
7. se livrer aux préliminaires sexuels tels que baisers ou attouchements ;
8. conclure un mariage pour soi-même ou pour un tiers ;
9. avoir des rapports sexuels ;
10. pratiquer la chasse ou couper des arbres dans le territoire sacré.

La violation de l’une de ces interdictions sans excuse entraîne le recours à l’expiation. L’expiation comporte trois options : immoler un mouton, nourrir six pauvres ou jeûner trois jours.

Quant à la « Oumra » (ou petit pèlerinage), elle comporte, à l’instar du « Hajj », des « piliers » et des « obligations »
Les piliers de la « Oumra » sont :

1. la sacralisation ;
2. la procession autour de la « Kaaba » ;
3. le parcours entre « Safa » et « Marwa ».
Ses obligations sont :
1. la mise en état de sacralisation au « mikhate » ;
2. le rasage ou la coupe des cheveux.
Celui qui omet un pilier, sa « Oumra » n’aura pas été achevée. Celui qui omet une obligation, pourra la réparer en immolant un mouton

  • REMARQUES IMPORTANTES :

I. Sur la sacralisation ou « Ihram »

La sacralisation ou « Ihram » est l’acte par lequel le pèlerin formule l’intention d’accomplir le « Hajj » ou la « Oumra ». Elle suppose des préalables, exige une tenue appropriée (uniquement pour les hommes) et un lieu dédié :
– des préalables : se tailler les ongles et les moustaches, s’épiler les aisselles et le pubis, prendre un bain rituel après s’être débarrassé de ses habits habituels ;

– la tenue sera composée de deux pièces d’étoffe blanches propres pour les hommes;
– le lieu de la mise en état de sacralisation est appelé « mikhate ». Les mikhates qui sont des portes d’entrée dans le « territoire sacré de la Mecque » et qui diffèrent selon les lieux de provenance, sont des passages obligés pour tout pèlerin.

La sacralisation consiste, pour le pèlerin, après avoir accompli une prière surérogatoire de deux rakas, à formuler l’intention d’effectuer le « Hajj » suivant l’une des modalités décrites ci-dessus. Il commence ensuite à prononcer la formule de la « Talbia ».

II. Sur la tournée autour de la Kaaba ou « Tawaf »

Le « Tawaf » consiste à effectuer sept tours autour de la « Kaaba », après en avoir formulé l’intention. Chaque tour commence et finit à la « pierre noire ».
La tournée s’effectue sans interruption, sauf cas de nécessité. Autrement, le « Tawaf » est déclaré nul et doit être recommencé de nouveau.
Le « Tawaf » étant assimilé à la prière, le pèlerin, en l’effectuant, doit être en état de pureté et de propreté corporelle et vestimentaire.

Après le « Tawaf », le pèlerin accomplit deux rakas, de préférence à la « Station d’Abraham » ; ensuite, il se rend au « puits de Zam Zam » et boit abondamment de son eau.
Il existe trois types de Tawaf : le Tawaf d’arrivée ou « Tawafoul Khoudoum », le Tawaf constitutif ou « Tawafoul Ifada » et le Tawaf d’adieu ou « Tawafoul Wadah ».
A noter que le « Hajj » commence par le Tawaf d’arrivée et se termine par le Tawaf d’adieu.

III. Sur la marche entre Safa et Marwa ou « Sahy »

Le « Sahy » consiste à effectuer le parcours entre les monts « Safa » et « Marwa » en sept étapes, après en avoir formulé l’intention, dans un esprit de dévotion.
Le « Sahy » est accompli en état de pureté, à la suite du « Tawafoul Khoudoum » ou du « Tawafoul Ifada ».
Les sept étapes du « Sahy » sont accomplies sans interruption.

IV. Sur la station à Arafate

« Le pèlerinage, c’est Arafate. »
En conséquence, tous les pèlerins vont se retrouver dans l’après-midi du jour de Arafate (le 9ème jour du mois du Hajj), sur la plaine de « Arafate » au pied de la colline de « Jabal Rahma » ; mêmes les malades qui sont alités et/ou hospitalisés y sont transportés dans des ambulances.
Ils y restent tous jusqu’au coucher du soleil. Ensuite, c’est la ruée vers « Mouzdalifa ».

La Chronologie du HAJJ étape par étape :
1. Après la sacralisation, le pèlerin commence la « Talbia » ;
2. Arrivé à la Mecque, il accomplit le « Tawaf d’arrivée » en découvrant son épaule droite et accélérant le pas durant les trois premiers tours ;
3. Ensuite, il se dirige à la Station d’Abraham et y accomplit deux rakas. La prière terminée, il va au puits « Zam-Zam » et boit de son eau à satiété ;
4. Après le Tawaf, il va accomplir le « Sahy » en débutant par le mont Safa. Il quitte Safa et se dirige vers Marwa. Au fond de la vallée, délimitée par les colonnes vertes, il accélère sa marche entre les colonnes et reprend sa marche normale quand il les dépasse ;
N.B. : Le « Moutamatti » – c’est-à-dire le pèlerin qui effectue le « Tamattou » – se fait couper les cheveux et quitte son « ihram » pour reprendre ses habits habituels. Sa «Oumra » est terminée. Il reprend son « ihram » au matin du 8ème jour et formule l’intention du pèlerinage.

5. Le 8ème jour du mois du Hajj, le pèlerin (toutes modalités confondues) se rend à « Mina » pour y accomplir cinq prières rituelles ;

6. Le 9ème jour, après le lever du soleil, il quitte « Mina » et se rend à « Arafate ». Il y accomplit les deux prières du « Zohr » et du « Asr », toutes deux réunies et raccourcies, en avançant l’heure du « Asr ». A « Arafate », le pèlerin peut rester assis, debout ou en voiture.

7. Après le coucher du soleil, à la tombée de la nuit, le pèlerin se dirige calmement vers « Mouzdalifa » pour y accomplir les prières du « Maghreb » et du « Icha » réunies (avec deux rakas pour le « Icha »). Il y passe la nuit. Dès qu’il voit poindre l’aube, il accomplit la prière du matin, ramasse quarante-neuf cailloux au moins, et se rend à « Mach Aral Haram » (l’étape sacrée) ; il continue ensuite son chemin vers « Mina » ;

8. Quand il arrive à « Mina », il va directement aux « Jamarates d’Akhaba » et y jette sept cailloux dans le bassin ;
9. Le pèlerin se rase les cheveux ou se les coupe, mais le rasage est préférable ;
N.B. : A ce stade, les « interdictions » sont levées sauf les rapports sexuels ; en conséquence, le pèlerin peut se laver et porter ses habits habituels.

10. Il se rend ensuite à la Mecque pour y accomplir le « Tawafoul Ifada », en état de pureté. Le Tawafoul Ifada est identique au Tawaf d’arrivée à la différence que le pèlerin ne se découvre pas l’épaule droite (les deux épaules sont couvertes), ni n’active sa marche durant les trois premiers tours du Tawaf. Après le Tawaf, il prie deux rakas derrière la Station d’Abraham ;

N.B. : Seul le « Moutamatti » accomplit ensuite le « Sahy », c’est-à-dire la marche entre les monts « Safa » et « Marwa ».
11. Le pèlerin retourne à « Mina » le même jour et y passe la nuit ;
12. Le lendemain (11ème jour), il jette les « Jamarates » dans les trois bassins en commençant par le petit, ensuite le moyen et enfin le grand ; au niveau de chaque bassin, il jette sept cailloux ;
13. Le surlendemain (12ème jour), il répète les mêmes jets de la veille. Si le pèlerin le souhaite, il peut retourner à la Mecque, après les « Jamarates », avant le coucher du soleil. Sinon, il passe la nuit pour accomplir le lendemain (13ème jour) les dernières « Jamarates », puis il regagne la Mecque.

N.B.: Le « Moufrid » – c’est-à-dire le pèlerin qui effectue l’« Ifrad » – peut alors accomplir sa « Oumra », après avoir procédé au rite de la sacralisation à « Tanime ».
14. Quand le pèlerin se décide à rentrer dans son pays, il effectue le « Tawaf d’Adieu », prie deux rakas derrière la Station d’Abraham, avant de reprendre le chemin du retour.

Cheikh Tidiane CAMARA
Colonel des Douanes en retraite

Donner une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here